Ensemble on est plus forts

SETCa Centre > présentation

Présentation


La régionale du Centre voit le jour de manière organisée et structurée le 1r juin 1945.

 

Durant la période sombre que constitue la seconde guerre mondiale, les activités syndicales sont limitées puisque les grèves sont interdites et que les activités politiques sont jugulées.

Les allemands créent l’UTMI (L’Union des Travailleurs Manuels et Intellectuels – Henri DeMan), en rassemblant les différents syndicats existants ainsi que leurs affiliés.

Mais plusieurs employés refusent l’adhésion à l’UTMI et, dans la clandestinité, ils créent des comités de lutte contre le nazisme.

Des contacts visant à la création d’un seul grand syndicat des employés sont organisés dans les coulisses.

En septembre 1944, libéré en grande partie du joug allemand (UTMI dissout par arrêté royal le 1 septembre 1944), le mouvement syndical belge prend petit à petit ses marques malgré les quelques divergences de point de vue qui règnent encore.

Les trois organisations créées dans la clandestinité : le Comité des Luttes Syndicales (C.L.S.), le Mouvement Syndical Unifié (M.S.U.) et le Syndicat Général des Services Publics (S.G.S.P.) sont cependant d’accord sur plusieurs points : elles proclament leur volonté de créer un syndicat unique dont le souci majeur est la défense des droits des travailleurs, et leur souhait de préserver une certaine indépendance vis-à-vis des politiques de l’époque – seul moyen véritable, à leur sens, de respecter les convictions philosophiques, politiques et religieuses de leurs adhérents.       

En 1945, les trois mouvements syndicaux créés pendant la guerre refusent de s’intégrer à la C.G.T.B. Ils décident de se dissoudre et de fusionner le 1r mai 1945 en une nouvelle organisation : la F.G.T.B., au cours d’un Congrès statutaire des 28-29 avril 1945.

Dans la région du Centre, le mouvement syndical s’organise. Jules Triffet, issu d’une famille socialiste syndicaliste, s’engage dans l’action anti-UTMI dès sa création en 1941. Avec ses camarades d’usine, il « sabote » le travail du syndicat  allemand. C’est la naissance d’un Comité appelé : «  Association des travailleurs Sidérurgistes et Métallurgistes dans la région du Centre» dont il devient secrétaire.

Il obtient l’aide de certains patrons et, le syndicat unique est créé syndicalement en collaboration avec René Pêtre. C’est la naissance des Comités de Luttes Syndicales.

Arrêté lors des mouvements de grève de septembre 1942, il est ensuite envoyé à Breendonck puis dans le camp de concentration de Neuengamme.

Libéré en 1945, il revient en Belgique où il est accueilli triomphalement par ses anciens camarades.

Après sa convalescence, les projets pour la création d’une nouvelle organisation syndicale (future FGTB) et plus spécialement du secteur employés et cadres font partie de ses  préoccupations avec Emile Overtus.
Les bases du SETCA Centre sont posées : la régionale du Centre voit le jour de manière organisée et structurée le 1r juin 1945.
Les premières assemblées se tiennent à l’ancien Comte de Flandre (Mansart Actuel)

Dans un contexte socio-économique souvent de plus en plus difficile, les Secrétaires régionaux du SETCa ont tous œuvré dans le même sens (Marcel Meunier ; Jean-Claude Palmans; Henri Claus; Manuel Morais et Philippe Bertleff): développer la régionale du Centre en tant qu’organisation syndicale démocratique et solidaire défendant les droits des employés, techniciens et cadres ainsi que le respect des conditions de travail.
   
Plus de 60 ans plus tard, le SETCa Centre  rassemble toujours des hommes, femmes, jeunes et moins jeunes, travailleurs ou chômeurs dans un même souci de préservation du bien-être et de la qualité de vie des travailleurs…